Le Comité olympique russe est suspendu

Pour la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine, le Comité olympique russe (ROC) vient d’être suspendu par la commission exécutive du CIO. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué cette décision.

 

La suspension du ROC fait suite à sa reconnaissance des conseils olympiques des quatre régions illégalement annexées à l’Ukraine. Pour le CIO il s’agit d’une violation de la Charte olympique. La décision a été prise hier dès l’ouverture du Comité exécutif du CIO délocalisé à Mumbai en Inde où va se dérouler à partir de dimanche, la 141e session du CIO.

 

Un peu plus tôt dans la semaine, c’est le ministre des sports ukrainien, Vadym Guttsait qui en a fait la demande auprès du CIO.

Dans sa lettre il évoque une réunion du Comité exécutif du ROC qui s’est tenue en début de semaine dernière qui détaille l’admission des Conseils olympiques de la République populaire de Luhansk, de la République populaire de Donestsk, de Kherson et de Zaporizhzia en tant que membres du ROC.

 

Immédiatement, le président ukrainien Volodymyr Zelensky (photo) a salué la suspension du Comité olympique russe (ROC) tout en continuant de se montrer très critique vis à vis de la décision de permettre aux athlètes russes et biélorusses de reprendre les compétitions en tant que sportifs individuels neutres dès lors qu’ils ne soutiennent pas la guerre et ne sont pas affiliés à l’armée.

 

Malgré des relations parfois difficiles, Zelenskyy a félicité ceux qui sont à l’origine de la suspension du ROC. « Tout le monde devrait respecter l’intégrité territoriale des nations et la Charte des Nations Unies. Si quelqu’un en Russie pense pouvoir utiliser le sport et le mouvement olympique comme une arme, cela ne fonctionnera certainement pas ».

Une sévère réaction russe

De son côté, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova (photo), a accusé le CIO d’être influencé par les États-Unis dans sa décision. Selon elle, la Russie « utiliserait les instruments juridiques internationaux nécessaires pour défendre les droits des athlètes nationaux ».

Le ministre russe des Sports, Oleg Matytsine, s’est joint aux critiques concernant la suspension du ROC, affirmant que « le CIO démontre une dépendance totale à l’égard des conditions politiques et commerciales, perdant son autorité et son indépendance » et « perd considérablement son poids et ses compétences en tant que régulateur international ».

 

La Russie en tant que pays n’a pas concouru sous son propre drapeau aux Jeux olympiques depuis qu’elle a accueilli l’édition d’hiver à Sotchi 2014.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights