Français FR English EN Italiano IT

La notice pharmaceutique n’avait pas tout dit…

La carrière de la biathlète russe Olga Pyleva (1975) va prendre un tournant regrettable lors des Jeux de Turin 2006. Celle qui a pour habitude de ne jamais prendre de médicament pour soigner ses blessures va se retrouver positive à l’issue du 15 km dont elle vient de prendre la deuxième place.

 

Venue pour défendre son titre sur la discipline acquis à Salt Lake City 2002, elle est disqualifiée pour avoir échoué au test de dépistage. Elle aurait pris un stimulant, disent les responsables du biathlon.

Le Comité international Olympique (CIO) inflexible, l’a déclarée coupable et l’a exclue des Jeux et dépouillée de sa médaille. Elle a ensuite été interdite de compétition pendant deux ans.

 

Hélas pour elle, la vérité était autrement plus prosaïque. En fait, Pyleva avait pris un médicament en vente libre pour une blessure à la cheville prescrite par son médecin personnel. Elle avait juste souhaitée accélérer sa guérison tout en s’entraînant pour une compétition majeure.

Selon l’étiquette du produit, le médicament n’était pas interdit et semblait recommandé par son fabricant pour traiter la blessure dont elle souffrait. Qu’importe, la FIS n’a malgré tout rien changé et Pyleva a subit deux ans de suspension.

 

Finalement, elle revient à la compétition pour les Jeux de Vancouver 2010, mais cette fois sous le nom de Medvedtseva, celui de son mari qui est aussi son entraineur. Elle remporte la médaille d’or du relais féminin et cette fois, met un terme à sa carrière. Une championne c’est ça, partir sur un succès !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT