简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español

La Cour des Comptes pointe les mêmes failles

La Cour des Comptes vient de rendre son traditionnel rapport sur le suivi de l’organisation des Jeux de Paris 2024. Elle vient de le soumettre aux parlementaires. A priori, rien de nouveau, mais toujours les mêmes inquiétudes concernant l’organisation des Jeux dans maintenant moins de 600 jours.

 

Un précédent rapport de la Cour des Comptes pointait des risques de surcoût. La période d’inflation que traversent les pays européens n’a pas épargné l’organisation de Paris 2024 et en fin d’année dernière, le budget a dû augmenter de 10% pour atteindre 4,4 milliards d’euros.

Cette fois, la Cour des Comptes s’intéresse aux deux sujets d’inquiétudes à moins de 600 jours des Jeux : la sécurité et les transports. Ce n’est pas une surprise, on en parle depuis déjà plusieurs mois.

 

Parmi les recommandations faites au comité d’organisation de Paris 2024, il y a celle du recours trop important aux entreprises de sécurité privées pour protéger le public. Un recours important serait fait auprès de ces entreprises afin de limiter l’emploi des forces de l’ordre traditionnelles (police, gendarmerie).

 

Le premier président de la Cour des comptes s’est exprimé sur le sujet devant les parlementaires. Pierre Moscovici (photo) a déclaré que les forces internes telles que la police et la gendarmerie devraient être payées pour le travail effectué.

 

De son côté, le chef des finances et de la conformité de Paris 2024, Fabrice Lacroix, a déclaré à Reuters qu’il avait lancé un appel d’offres pour la sécurité privée et qu’il était encore trop tôt pour savoir s’il aurait besoin de forces publiques. « Si, en fin de compte, nous avons besoin de ressources publiques, nous supporterons le coût et cela ne coûtera pas plus cher que de payer pour la sécurité privée », a déclaré Lacroix.

 

Toujours s’agissant de la sécurité, la Cour des Comptes recommande de « planifier l’emploi des forces de sécurité intérieure en veillant à l’équilibre entre la couverture des besoins pour les Jeux et de ceux de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ».

En clair, les organisateurs et les autorités de la République devront mettre les moyens sans pour autant négliger le reste du territoire national.

 

La Cour recommande de “finaliser avant la fin du premier semestre 2023 le plan global de sécurité des Jeux“.

 

La Cour des Comptes presse aussi le comité d’organisation d’accélérer la signature de certains contrats, notamment ceux concernant l’utilisation des sites de compétition, dont le Stade de France.

Au début du mois de novembre 2022, seules 11 des 80 conventions d’utilisation prévues avaient été signées », relève le document.

Tension sur les transports

Outre la sécurité, la Cour des comptes pointe des déficits en matière de transports en Île-de-France, « certains projets présentent à ce stade des incertitudes sur leur délai de livraison et renforcent la tension sur le réseau de transport existant » écrit-t-elle.  « Plusieurs opérations d’infrastructures […] présentent des risques majeurs du fait de calendriers d’ores et déjà tendus et sans véritable marge de manœuvre », relève-t-elle.

 

Et d’appuyer là où ça fait mal :  « Si elles n’étaient pas achevées pour les Jeux, il en résulterait une tension difficilement soutenable sur les lignes fortement sollicitées, avec les risques associés d’incidents et d’engorgements pour les usagers du quotidien. De tels phénomènes contribueraient à dégrader fortement l’acceptabilité de l’événement pour la population », relève-t-elle encore.

 

C’est ainsi que Pierre Moscovici qui a été, on le rappelle, ministre français des Finances et commissaire européen aux Affaires économiques et financières recommande aux organisateurs de finaliser le plan de transport site par site. « C’est faisable mais ce que la Cour veut dire, c’est qu’il est grand temps de passer à la phase opérationnelle ».

 

La Cour des Comptes produira un nouveau rapport à publier dans six mois. Il prendra cette fois en compte les améliorations constatées dans ces deux domaines au regard du nouveau budget de 4,4 milliards d’euros.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español
Verified by MonsterInsights