FrenchEnglishSpanish

Inquiétudes pour la lutte antidopage

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a tenu à faire une mise au point cette semaine face à l’inquiétude du gouvernement japonais quant à l’impact de la pandémie de coronavirus sur les tests pratiqués avant les Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Le COVID-19 a forcé un arrêt quasi mondial des tests de dépistage des drogues alors que les pays imposaient des restrictions dans le but de freiner la propagation du virus. Du coup, les tricheurs étaient en mesure d’exploiter toutes les lacunes du système.

Les tests ont repris à travers le monde avec le retour des compétitions et les chiffres publiés par l’AMA lors de la réunion de son conseil, la semaine dernière, ont montré que le nombre d’échantillons collectés en septembre était d’environ 80% du chiffre enregistré en septembre 2019. Toutefois des inquiétudes légitimes demeurent notamment dans les régions du monde où la recrudescence du virus s’est aggravée ces derniers mois et où l’AMA ne sait pas comment les choses évoluent actuellement.

Les Américains sèment la panique

C’est dans ce contexte peu rassurant que le Sénat américain vient d’adopter lundi, un projet de loi qui vient semer la pagaille. Le sénat vient en effet d’autoriser la justice américaine à engager des poursuites contre tout athlète reconnu coupage de dopage dans des compétitions internationales partout dans le monde où des athlètes, des sponsors et des diffuseurs américains sont impliqués. Le projet de loi a été adopté par les deux chambres américaines sans la moindre opposition. Ce texte doit maintenant être ratifié par le président (?).

 

Si tel était le cas, la loi américaine pourrait se substituer aux règlements sportifs internationaux. En d’autres termes, les États-Unis s’arrogerait le droit de punir les tricheurs en lieu et place de l’Agence mondiale antidopage dont c’est le rôle.

 

Le projet de la loi (voir texte intégral en anglais) porte le nom de Rodchenkov, du nom de l’ancien directeur du laboratoire antidopage russe qui avait couvert le dopage de ses compatriotes aux Jeux de Sotchi 2014 et devenu depuis, lanceur d’alerte après s’être réfugié aux États-Unis.

L’AMA n’a pas fait mystère de son hostilité à un texte susceptible de semer la pagaille dans le sport international. Mais l’agence s’interroge à juste titre, sur la raison pour laquelle les sports professionnels américains (basket, baseball, football, hockey) ne sont pas concernés par le texte de loi. Autrement dit, pourquoi ce qui serait bon pour le sport mondial ne le serait pas pour le sport américain ?
La question est posée !

 

CES ARTICLES PARLENT AUSSI DU SUJET

Bras de fer entre les États-Unis et l’Agence mondiale antidopage (AMA)

close
Envie de recevoir nos articles par email ?

Inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.