Il voulait être le premier, il le sera à jamais

À l’origine coureur de demi-fond, Philip Boit (1971) ne parvient pas à se qualifier pour les Jeux olympiques d’été comme son oncle Mike l’avait fait à Munich 1972. Pourtant les Jeux, il en rêve !

C’est alors qu’il se met dans la tête d’être le premier Kényan à participer aux Jeux d’hiver…

 

Avec son compatriote Henry Bitok, ils partent pour la Finlande en 1996 afin de devenir des skieurs compétitifs. Leur projet a été sponsorisé par un grand équipementier de sport. Le Kénya n’avait qu’une place pour les Jeux olympiques d’hiver de Nagano 1998 et c’est Philip Boit qui l’a raflée. Son équipier, Henry Bitok a ainsi mis un terme à cette parenthèse.

 

La participation de Boit aux Jeux a a bénéficié d’une couverture médiatique mondiale. Il a terminé 92ème et dernier dans la course classique de 10 kilomètres… mais il était le premier Kényan aux Jeux d’hiver.

 

Les récompenses pour la course ont d’ailleurs été retardées, le vainqueur Björn Daehlie attendant que Boit franchisse la ligne d’arrivée pour le prendre dans ses bras.

 

L’expérience était si émouvante pour Boit qu’il a nommé l’un de ses fils, Daehlie. Puis Boit a participé aux Championnats du monde l’année suivante. C’est alors que son sponsor l’a lâché et qu’il a dû s’entrainer au Kénya sur route.

 

Toutefois à Salt Lake City 2002, Boit a terminé 64ème et laissé 3 compétiteurs derrière lui. Puis de nouveau en compétition à Turin, il a terminé devant 5 autres concurrents. Privé des Jeux de Vancouver 2010, pénalisé par une maladie, il a participé aux championnats du monde d’Oslo en 2011 et s’est fait sortir lors des qualifications. Il a ainsi mis un terme à sa carrière de skieur.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights