Français FR English EN Italiano IT

Une histoire tirée par les cheveux

Dans la bible, il est raconté que Samson, disait-on, déployait une force extraordinaire liée à la longueur de ses cheveux. Il imitait ainsi les nazirs qui ne se coupaient ni les cheveux ni la barbe pour soigner leur aspect physique, en signe de préférence et de consécration pour Dieu.

Mais que dire de l’histoire totalement incroyable qui est arrivée à l’haltérophile américain Charles Vinci, lors des Jeux de Melbourne 1956.

 

Aujourd’hui comme hier, en sport, dans de nombreuses disciplines olympique comme la boxe, le judo, l’haltérophilie, la lutte ou le taekwondo les concurrents pour être à armes égales combattent dans différentes catégories de poids.

Il arrive qu’à la veille d’un combat, certains sont contraints de faire un régime drastique pour ne pas dépasser le poids limite.

 

C’est ainsi que l’haltérophile Charles Vinci failli ne jamais pouvoir disputer les Jeux de Melbourne 1956. Le matin de la pesée, au lieu des 56 kg autorisés, Vinci était en surpoids de 750 grammes. Après une heure de course et de transpiration, il était toujours 200 grammes au-dessus de la limite.

 

C’est là qu’il a décidé de se faire une sévère coupe de cheveux, qu’il avait abondante et qu’il a enfin pu accuser 56 kg sur la balance. Dans la foulée, il a remporté la médaille d’or et conservé son titre à Rome quatre ans plus tard, sans avoir recours à cette coupe de dernière minute.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT