Français FR English EN

Hashimoto ne pense même pas à l’annulation

La présidente du Comité d’organisation de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto a écarté la possibilité d’annuler les Jeux cet été. Il va de soi, que le récent rebond des infections au coronavirus dans la capitale et ailleurs au Japon inquiète.

Pire même, quatre nouvelles préfectures devraient être soumises à des restrictions plus strictes pour lutter contre une augmentation du nombre de cas. Des mesures seront imposées dans trois préfectures voisines de Tokyo – Kanagawa, Chiba et Saitama, ainsi qu’Aichi dans le centre du Japon à partir de mardi prochain.

Seiko Hashimoto garde le cap

Pourtant, Seiko Hashimoto a souhaité se montrer optimiste au lendemain de l’intervention dune figure importante du Parti libéral-démocrate au pouvoir au Japon,Toshihiro Tokaï. Le N°2 du parti au pouvoir a suggéré que l’annulation des Jeux olympiques pourrait être une option si la flambée des infections se poursuit.
Une annonce qui a alimenté les spéculations selon lesquelles le gouvernement a modifié sa position sur l’avenir des Jeux.

 

« Je ne pense pas à l’annulation. En prenant des mesures pour assurer la sûreté et la sécurité, nous nous concentrons sur l’organisation des Jeux », a déclaré Hashimoto lors d’une conférence de presse.

Interrogé sur les commentaires de Toshihiro Nikai, le septuple olympienne Seiko Hashimoto a avoué que ses propos avaient eu un « effet décevant » sur elle. « Avec des mesures de sécurité rigoureuses, nous continuerons à faire des efforts pour organiser les jeux », a-t-elle déclaré.

Le président du CIO, Thomas Bach en renfort

Le nombre de cas quotidiens de COVID-19 au Japon a de nouveau augmenté. Les experts de la santé avertissent qu’une « quatrième vague » d’infections, entraînée par l’émergence de variantes de coronavirus, met de plus en plus de pression sur le système médical du pays.

Le comité d’organisation a déjà été contraint de modifier le format du relais de la flamme olympique dans certaines régions en réponse à la flambée des infections.

C’est ainsi que plusieurs villes ont dû supprimer le relais sur les voies publiques comme à Osaka récemment, à Matsuyama prochainement et plus encore à Okinawa dans les prochaines semaines. Un relais de la flamme qui au lieu d’inquiéter est plutôt de nature à susciter l’enthousiasme des Japonais.

De ce point de vue, Seiko Hashimoto va recevoir prochainement un soutien de poids, celui du président du CIO, Thomas Bach. Il a prévu venir en mai assister au relais de la flamme.

Et les spectateurs dans les stades ?

Lors de la conférence de presse, Hashimoto a déclaré que le comité devait être « flexible » en abordant la question du nombre de spectateurs autorisés à entrer sur les sites olympiques. Tout en assurant que les Jeux peuvent être organisés devant des spectateurs.

 

Pourtant, là encore, elle n’est pas aidé. Ainsi, Taro Kono, le ministre en charge du déploiement des vaccins au Japon, a déclaré que les jeux se tiendraient « de toutes les manières possibles et cela pourrait signifier qu’il n’y aura probablement pas de spectateurs ». C’est ce ministre qui avait le premier évoqué une annulation des Jeux, au tout début de l’année.

 

Une chose est sûre et elle est tranchée depuis longtemps, le comité d’organisation des Jeux se fait fort d’organiser les Jeux de manière sûre et d’assurer la sécurité de tous, y compris des athlètes et des spectateurs… Mais son chemin de croix n’en fini pas !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN