Français FR English EN Italiano IT

Le basketteur qui n’oublie rien

Coéquipier d’Oscar Robertson au milieu des années 1960 au Royals de Cincinnati, Jerry Lucas (1940) conduit la sélection américaine, aux Jeux de Rome 1960. Ensemble, ils remportent la médaille d’or.

 

Dès sa première saison en NBA en 1964 après une année passée dans une ligue concurrente, Lucas explose. Élu rookie (meilleur jeune) de l’année, il participe dès sa première année au All Star Game. L’année suivante, il est désigné meilleur joueur (MVP). Auteur d’une moyenne de 20 points par match, il est considéré comme l’un des 50 meilleurs basketteurs américains du 20e siècle.

 

Mais Lucas possédait une autre qualité exceptionnelle : une mémoire prodigieuse. On dit qu’il était capable de mémoriser les 500 pages de l’annuaire new-yorkais.

Cette aptitude incroyable a fait de lui un objet de curiosité et il a publié plus de 70 livres sur l’art de la mémorisation dont l’un s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires (The Memory Book).

 

À la fin des années 1980, il a fondé une association aidant les enfants à développer leurs capacités de mémoire. Ce chrétien engagé a mémorisé de grandes sections du Nouveau Testament.

D’ailleurs, ses allocutions actuelles se déroulent souvent dans des églises.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT