World Boxing prête à relever le gant

La nouvelle organisation mondiale de la boxe World Boxing entend « couler » définitivement l’ancienne fédération internationale (IBA) et lance un appel à candidature pour se présenter à la présidence du nouvel organe directeur. Elle va prochainement élire un conseil d’administration.

 

Le bureau provisoire de World Boxing dont le siège est installé à Renens, dans la banlieue de Lausanne aux portes du CIO vient de lancer un appel à tous les responsables mondiaux de la boxe pour postuler à plusieurs postes de direction d’ici le 25 août. Le premier Congrès mondial de la rivale et concurrente de l’IBA (International Boxing Association) se tiendra en novembre.

 

Parmi les postes à pourvoir, celui de président, mais aussi trois vice-présidences et quatre membres du conseil d’administration, World Boxing souligne même qu’il souhaite que la parité soit respectée dans tous les postes de haut rang. En plus des membres du conseil d’organisation figurent également plusieurs postes techniques comme celui de président du comité des sports et des compétitions, du comité médical et antidopage et du comité des finances et d’audit.

 

Une organisation indépendante examinera toutes les candidatures afin d’approuver la liste des candidats 30 jours avant la tenue du Congrès de novembre.

 

L’appel à candidature vient d’être lancé auprès de toutes les fédérations nationales de boxe dans le monde, même si pour l’heure six fédérations seulement ont rejoint World Boxing.

Il s’agit des États-Unis, de la Suisse, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, de l’Angleterre et des Pays-Bas. Prochainement, l’Argentine et l’Irlande qui ont également démissionné de l’IBA devraient rejoindre la nouvelle organisation mondiale.

Toutefois pour postuler au sein du conseil d’organisation, les candidats devront obtenir l’accord de leur fédération nationale. De plus, cette fédération nationale aura dû auparavant prêter allégeance à World Boxing. Nul doute qu’avec le lancement de cette nouvelle fédération internationale, plusieurs dizaines de fédérations nationales vont être incitées à quitter l’IBA pour rejoindre World Boxing.

 

L’objectif de la nouvelle organisation est clair, retrouver la bénédiction du CIO et maintenir la boxe comme sport olympique dont l’avenir aux Jeux est sérieusement menacé s’agissant des Jeux de Los Angeles 2028. Selon le secrétaire général de World Boxing, le Britannique Simon Toulson  » World Boxing vise à fournir une Fédération internationale durable et adaptée à la gouvernance de la boxe de style olympique ».

Le président de l’IBA ne retient plus ses coups

L’IBA présidée par le Russe Umar Kremlev qui était suspendue par le CIO depuis 2019 en raison de problèmes de gouvernance est devenue en juin dernier, la première Fédération Internationale expulsée du Mouvement olympique.

 

L’élection provisoire de Kremlev en 2021, puis sa confirmation en 2022 n’a fait qu’aggraver le fossé avec le CIO. Ainsi l’IBA qui jusque-là guerroyait contre le CIO tout en gardant une certaine distance, lâche ses coups. Elle a commencé par s’en prendre à World Boxing qu’elle traite d’« organisation voyou ».

 

Cette fois, c’est le CIO qui est ouvertement devenu sa cible. Kremlev vient de lancer une attaque cinglante contre le leadership du Comité international olympique (CIO), les qualifiant de « prostituées dans le sport qui s’impliquent dans la politique ».

 

Kremlev affirme que « la corruption était entrée au CIO » depuis que Thomas Bach a assumé le rôle de président en 2013. Il a critiqué l’organisation pour « ne pas défendre les intérêts des athlètes ».

 

Les commentaires cinglants du responsable russe sont intervenus après son exclusion du mouvement olympique. Pour autant, le dirigeant russe est persuadé que son organisation réintégrera prochainement le cercle olympique : « Je suis sûr que nous allons l’obtenir (la réintégration). Nous n’avons aucun problème, aucun conflit avec le Mouvement olympique. Nous avons des problèmes avec certains officiels du CIO, qui sont le président Thomas Bach et son équipe ».

 

Kremlev a déclaré qu’il avait demandé une réunion avec le CIO à plusieurs reprises qui n’a jamais eu lieu. « Je n’ai pas peur de le dire, ils ont peur de ce que je dis. Ils ont même peur de me rencontrer ».

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights