Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

Quatre fédérations pas très « Coq…ardières »

Au début de l’année 2020, le Comité d’organisation des Jeux de Paris 2024 avait signé un contrat exclusif avec la célèbre marque « Le Coq Sportif », redevenu un symbole du sport tricolore. C’est ainsi que l’équipementier dont le capital est détenu majoritairement par le suisse Airesis a succédé à Lacoste. Le contrat prend effet après les Jeux de Tokyo 2020. Il court sur la période des Jeux de Pékin 2022 à Paris 2024.

La marque au gallinacé retrouve ainsi le prestige qui avait été le sien entre 1912 et 1972.

 

Le but de ce contrat est d’habiller les 32 équipes nationales et les équipes de France paralympiques.

Il est question de fabriquer les tenues de compétition soient près de 80 000 pièces. Les 145.000 tenues de représentation lors des cérémonies et les podiums. Auxquelles s’ajoutent les vêtements des salariés du COJO pour un volume de 275.000 pièces.

Les exceptions possibles

Toutefois dans le contrat signé par le COJO Paris 2024, une clause permettait aux fédérations qui souhaitaient conserver leur équipementier de le faire. En contrepartie, elles devraient verser une contribution à un fonds de solidarité pour les fédérations les moins riches. Une contribution de l’ordre de 400.000 euros chacune. C’est désormais officiel.

 

 

Quatre « riches » fédérations ont maintenu leur souhait de conserver leur équipementier : le football liée à Nike jusqu’en 2028, le basket-ball sous contrat avec Jordan Brand, le handball sous partenariat avec Adidas, tout comme l’athlétisme (aujourd’hui chez Asics) dont la marque aux trois bandes va redevenir le fournisseur après 2022.

 

Reste qu’avec plus de 400.000 pièces à fabriquer, l’usine de production textile de Romilly sur Seine a du pain sur la planche jusqu’en 2024. La marque a rapatrié en 2010, toute sa production dans l’Aube, le tricotage et la teinture des vêtements.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.