Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

Poutine prompt à souhaiter l’anniversaire de Bach

C’était sans doute un coup de fil intéressé, même si les deux hommes ont par le passé noué une relation étroite. Vladimir Poutine a appelé son homologue du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach pour le féliciter pour son 67e anniversaire. C’est ce que rapporte le Kremlin qui s’est gardé d’indiquer la teneur des propos entre Poutine et Thomas Bach, sinon dire que le Président russe souhaitait à Bach un joyeux 67e anniversaire.

Il s’agit du premier contact entre le président du Comité international olympique (CIO) et le président russe depuis que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annoncé sa décision au début du mois de réduire de moitié les sanctions imposées à la Russie par l’Agence mondiale antidopage (AMA) suite à des allégations de dopage parrainé par l’État.

Même si le TAS a réduit la suspension de quatre à deux ans, le drapeau, le nom et l’hymne du pays resteront interdits lors des deux prochains Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 et Pékin 2022.
Par ailleurs, Vladimir Poutine sera interdit d’assister aux Jeux olympiques – à moins qu’ils ne soient invités par le chef de l’État des pays hôte, en l’occurrence le Japon, puis la Chine.

Une ancienne relation étroite

Les deux dirigeants lors des Jeux de Sotchi 2014

Poutine avait déjà été le premier dirigeant mondial à féliciter Bach après son élection à la présidence du CIO à Buenos Aires en 2013. Les deux dirigeants ont également travaillé en étroite collaboration pendant la préparation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Sotchi 2014, apparaissant régulièrement en public ensemble.

 

Malgré les preuves apparemment accablantes selon lesquelles le gouvernement russe était impliqué dans un programme visant à manipuler les résultats de plusieurs événements majeurs, y compris les Jeux Olympiques de 2012 à Londres, le pays a continué de protester de son innocence et considéré que de nombreuses personnalités occidentales partiellement liées au sport avaient tendance à surestimer le rôle de l’état russe dans la promotion du dopage. C’est ce que disait en substance, Dmitri Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russes.

Sollicité sur la teneur des propos entre les deux hommes, un porte-parole du CIO  a précisé qu’il n’était pas au courant de l’appel et qu’il ne pouvait pas le commenter.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.