简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español

Le sacrifice en valait-il la chandelle ?

Le patineur de vitesse Américain Derek Parra (1970) a remporté lors des Jeux d’hiver de Salt Lake City 2002, une médaille d’or sur 1500 m et une médaille d’argent au 5000 m. Sur 1500 m, il devance celui qui domine l’ensemble de la compétition, le hollandais Jochem Uytdehaage.

Avec cette victoire olympique, Derek Parra exulte. Il a enfin atteint l’objectif qu’il s’était fixé depuis de longues années. Parra est de plus, le premier latino, champion olympique américain aux Jeux d’hiver.

 

Il raconte dans son livre autobiographique qu’il voulait tellement devenir patineur que pour financer sa passion, pendant qu’il travaillait dans une chaine de restauration rapide, il mangeait ce qu’il trouvait dans les poubelles. Mais il semble que le sacrifice n’en valait sans doute pas la chandelle !

 

Dans les mois qui suivent sa victoire olympique, son épouse qui le soutenait ardemment depuis le début et plus encore dans les tribunes de l’anneau de glace de Salt Lake City dit stop.

Lui souhaite poursuivre jusqu’aux Jeux de Turin 2006 et pour cela il souhaite que sa petite famille, son épouse et sa fille le rejoigne à Salt Lake City. Mais ces dernières préfèrent continuer de vivre à Orlando en Floride.

 

Finalement, le couple divorcera et blessé, Derek Parra n’ira pas défendre ses chances à Turin. Il renonce quelques mois plus tard à la compétition.

 

C’est alors qu’il devient proche de Mitt Romney, le président du Comité d’organisation des Jeux de Salt Lake City dont il soutiendra la campagne à la présidentielle de 2012 face à Barak Obama.

Parra conduira ensuite le patinage américain en qualité d’entraineur principal aux Jeux de Vancouver 2010.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

简体中文FrançaisEnglishItaliano日本語Español
Verified by MonsterInsights