Français FR English EN Italiano IT

LAMAZE Eric (1968) Canada / Équitation 🟡1 ⚪️1 🟠1

L’histoire du champion olympique de saut d’obstacles à Pékin 2008 est un scénario tout écrit pour celui qui voudrait le mettre en scène. Si Eric Lamaze y est parvenu dans sa discipline, ce ne fut pas sans rebondissements.

Le cavalier canadien a dû en effet franchir des milliers d’obstacles pour y parvenir. Pas seulement sur un cheval, mais dans la vie tout court.

Enfant, ses parents se droguent et font de fréquents séjours en prison. Il est élevé par sa grand-mère alcoolique. Jeune joueur de tennis, il suit ses copains et abandonne la petite balle jaune pour l’équitation qui lui demande moins de sacrifice en matière d’entraînement.

Il monte les chevaux qu’on lui propose car il n’a pas les moyens d’acheter un étalon. Il tombe à son tour dans la drogue et en dépit de ses qualités de cavalier hors pair, il est privé des Jeux d’Atlanta 1996 pour un contrôle positif à la cocaïne.

Suspendu quatre ans, il voit sa peine réduite en raison de son histoire difficile. Alors que le cavalier s’apprête à disputer les Jeux de Sydney, il est rattrapé par le spectre du dopage quelques mois avant les Jeux. Désespéré, il replonge dans la drogue.

La rédemption

Fort heureusement un ange veille sur lui, le juge Ed Ratushny, en charge de l’éthique dans le sport canadien. Une fois encore, il lui vient en aide et lui accorde des circonstances atténuantes.

 

C’est alors que Lamaze finit par rencontrer son double à quatre pattes : Hickstead, un petit cheval fougueux (photo). Ensemble, ils remportent le titre olympique à Pékin 2008 et l’argent par équipe.

 

Après la mort de son cheval en 2011, Lamaze envisage arrêter la compétition. Finalement, on le retrouve sur un podium olympique à Rio 2016, où une barre tombée le prive d’une nouvelle médaille d‘or. Il remporte finalement le bronze.

 

Mais il est dit que la vie d’Eric Lamaze ne sera jamais un long fleuve tranquille. En 2017, il a reçu un diagnostic de cancer du cerveau, qu’il a révélé au public en 2019. Il a continué à concourir pendant un certain temps, avant d’annoncer qu’il renonçait à faire partie de l’équipe olympique canadienne pour les Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights