La Nouvelle-Calédonie privée de la Flamme

Le Premier ministre français Gabriel Attal a annoncé que la flamme olympique ne passerait pas par la Nouvelle-Calédonie après plusieurs jours d’émeutes dans l’archipel.

 

Le relais de la flamme est annulé le 11 juin prochain dans l’archipel du Pacifique. C’est ce que vient de décider le Premier ministre Gabriel Attal lors d’une réunion avec les commissions parlementaires de liaison sur la Nouvelle-Calédonie à Matignon.
Il a pris cette décision en compagnie de la présidente de l’Assemblée nationale, Yael Braun-Pivet, du président du Sénat, Gérard Larcher et des présidents de chaque groupe parlementaire ou leurs représentants. Compte tenu de la crise qui sévit dans la région depuis plusieurs jours, en réaction à une réforme du corps électoral contestée par les indépendantistes, il semble plus prudent de tout annuler.

 

Selon le Comité olympique, la flamme olympique devait passer pour la première fois par la Nouvelle-Calédonie, avec des relais VTT, des relais équestres ou encore des canoës. Depuis le début de la semaine, l’agglomération de Nouméa a vu les violences se propager à travers de nombreuses émeutes, faisant six morts, dont deux policiers, ainsi que des centaines de blessés, selon les autorités locales.

Priorité au retour au calme

La ministre française des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a déclaré que « la priorité doit être donnée au retour au calme » sur le territoire. « Je pense que tout le monde comprend, compte tenu du contexte, que la priorité est vraiment de consolider le retour à l’ordre public, puis l’apaisement. Priorité à la sécurité des habitants, priorité au retour au calme, et priorité à l’amélioration politique de la situation », a-t-elle déclaré.

 

Des bandes de marines et de policiers français lourdement armés patrouillaient encore samedi dans la capitale Nouméa. Les rues sont remplies de débris provenant d’une autre nuit de violence. Des journalistes travaillant pour l’AFP dans le quartier de Magenta ont vu des véhicules et des bâtiments incendiés. Une phalange de la police anti-émeute tente de réaffirmer le contrôle du gouvernement.

 

Outre le déploiement de troupes militaires supplémentaires, le Haut-commissariat territorial français a indiqué que l’état d’urgence a facilité un environnement plus calme depuis le début de la semaine, même si certaines zones de Nouméa restent hors de contrôle.

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Verified by MonsterInsights