JEUX HÉRÉENS

Si les femmes n’avaient pas le droit de participer aux Jeux Olympiques de l’Antiquité, ni même de les regarder, sous peine d’être jetées des falaises du mont Typaion, les filles n’étaient pas encouragées à devenir des athlètes. Pourtant les jeunes femmes élevées à Sparte constituaient l’exception, car elles s’entraînaient sur les mêmes épreuves sportives que les garçons selon l’idée que des femmes fortes produiraient de puissants guerriers à l’avenir.

Notons tout de même que les jeunes filles étaient autorisées à regarder les compétitions masculines et les garçons pouvaient regarder les athlètes féminines dans l’espoir de créer des mariages et des enfants. Ces athlètes féminines étaient donc célibataires et concouraient vêtues de robes courtes.

C’est ainsi que tous les quatre ans et quinze jours après les Jeux olympiques, les femmes avaient leurs propres épreuves lors des Jeux Héréens placés sous la protection de la déesse Héra. Elles s’affrontaient dans des épreuves athlétiques et comme les hommes recevaient des couronnes de lauriers et d’autres prix en nature comme de la viande de vache ou de bœuf.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.