French FR English EN Japanese JA Spanish ES

Des étonnantes MÉDAILLES recyclées – Mémoire

Il y a maintenant six mois, au moment où auraient dû commencer les Jeux de Tokyo 2020, les organisateurs des Jeux olympiques ont dévoilé le design des médailles promises à ceux qui seraient les vainqueurs du stade.

Or, argent et bronze, elle ressemblaient à celles des précédentes éditions sauf qu’elles n’étaient pas comme les autres. Celles de 2020 sont le fruit de matériaux récupérés.

Il faut savoir que pour produire les médailles olympiques, il faut de l’or (environ 30 kg) de l’argent (4100 kg) et du cuivre (2700 kg). En réalité, les médailles d’or sont en vermeil un alliage d’argent et d’une fine pellicule d’or.

Il aurait toujours été possible de s’appuyer sur des ressources renouvelables pour les fabriquer, mais cela n’avait rien d’écologique. Ces minerais sont rares et parfois exploités dans des conditions d’esclavage modernes impliquant du travail d’enfants.
Qu’à cela ne tienne ! Le Japon a décidé d’innover et il a pu compter sur un soutien inattendu … sa population !

Japon et technologie, une histoire d’amour

Tout à commencé en 2018, lorsque le Comité d’organisation a lancé un appel aux dons de smartphones usagés. La campagne est rapidement devenue virale et très populaire au point de récolter quelques 5 millions d’appareils soit 50.000 tonnes de déchets électroniques. Même les entreprises ont jouées le jeu.

De fait, ce n’était pas difficile d’y parvenir quand on sait que l’archipel produit 650.000 tonnes de déchets électroniques. Les experts estiment que 20 à 22% des réserves mondiales en minerais rares seraient contenues dans les déchets électroniques japonais !
Une véritable mine d’or, que le gouvernement a décidé d’exploiter. Le pays a longtemps été caractérisé par son fort investissement dans la recherche scientifique et technologique, avec près de 4% de son PIB dédié à ce secteur (contre 2% en France, et 2,75% aux États Unis).

Les Jeux comme vitrine de la modernité japonaise

C’est alors qu’est intervenu la filière japonaise de recyclage des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques). Un véritable challenge qu’elle s’est empressée de relever. Car outre le volume immense qu’il fallait récolter, se présentait aussi le défi de l’extraction : souvent répartis en infimes quantités dans les processeurs, cartes mères et autres circuits électroniques.
Il fallait réussir à le recueillir facilement et la filière y est parvenue.

C’est ainsi que dans quelques jours, les vainqueurs olympiques et leurs challengers recevront des belles médailles, mais 100% recyclées.
Des médailles à l’image des Jeux de Tokyo 2020 qui mettront à l’honneur l’écologie et la technologie, dans un archipel pas toujours exemplaire en la matière.

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.