Français FR English EN Italiano IT

Derrière les sourires, quelques grincements

Le président de Paris 2024, Tony Estanguet accompagné de Jean-Philippe Gatien, le directeur des sports (photo ci-dessous) étaient à Tahiti depuis jeudi dernier dans le but de faire un point sur le projet d’y organiser les épreuves de surf des prochains Jeux de Paris 2024. La visite était courtoise, chaleureuse, néanmoins des zones d’ombre sont apparues entre l’organisation et quelques populations locales.

 

Edouard Fritch, le président de la Polynésie Française a tenu à recevoir Estanguet et Gatien en priorité. A l’issue de cette rencontre, Edouard Fritch a salué des « échanges importants » qui contribuent à la « mise en place d’une bonne collaboration entre le Pays et le comité Paris 2024 ».

C’est la première visite officielle de Tony Estanguet à Tahiti depuis l’annonce du choix de sa vague mythique de Teahupo’o, pour accueillir les épreuves de surf des Jeux de 2024.

Les populations locales entrent dans la danse

Très vite, le président de Paris 2024 a souhaité visiter le probable futur site d’hébergement des athlètes, l’hôtel de Pu’unui. La rénovation de ce site de 8 hectares, devrait débuter au mois d’octobre, pour une livraison en janvier 2024. Les athlètes y profiteraient des 54 suites et d’un futur centre de bien-être, le tout à portée de la fameuse vague.

Ce projet a également pour but de redynamiser le développement économique et touristique de la Commune de Taiarapu Ouest.

 

Toutefois, une radio locale rapporte que les conflits fonciers et les inquiétudes concernant la houle de tempête pourraient voir les plans du village olympique modifiés. En juillet dernier le site a souffert de la forte houle. Paris 2024 et le gouvernement Polynésien contribue à la réhabilitation du site.

Par ailleurs, les relations entre certains habitants du secteur et Paris 2024 seraient également tendues puisque certains protestent contre des projets de travaux de la marina et le choix de l’hôtel Pu’unui pour loger des athlètes. L’hypothèse d’héberger les surfeurs sur des bateaux a même été envisagée.

Un choix stratégique majeur

Sur le terrain, Tony Estanguet « mouille la chemise » pour justifier ses choix

Teahupo’o sera le cœur névralgique des Jeux Olympiques « polynésiens ». C’est ainsi qu’à l’occasion de sa deuxième journée de visite Estanguet a tenu à sensibiliser et mobiliser la population de la presqu’île derrière l’aventure des Jeux.

Dans un discours fort, le président de Paris 2024 a rappelé que les Jeux olympiques ne pourront s’organiser sans la participation ni l’implication des polynésiens.

 

Tony Estanguet ne le cache pas : tout le monde, en France, n’a pas digéré le choix de Tahiti et Teahupo’o. « Ça n’a pas été une décision facile, c’est à l’autre bout de la planète, ça peut surprendre », concède-t-il. Mais avec son comité, il s’accroche et répétait à l’envie sa « fierté » de voir l’archipel s’emparer de ce projet. « Je n’ai jamais douté parce qu’on l’a fait pour de bonnes raisons », précise-t-il.

 

On précise que le voyage d’Estanguet a coïncidé avec le Tahiti Pro dans le cadre du World Surf League (WSL) qui doit s’achever le 22 août prochain. La compétition se déroule sur la vague de Teahupo’o. Tony Estanguet assure que le format de la compétition olympique se rapprochera de la compétition WSL : une fenêtre de huit jours, dont quatre de compétition.

Il faudra, dans cette période qui s’étalera entre fin juillet et début août, trouver des conditions qui permettent d’allier « sécurité et spectacle ». Un impératif car le comité ne prévoit pas de plan de repli : les Jeux, ce sera à Teahupo’o et nulle part ailleurs.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT