Français FR English EN

TOKYO 2020 : Jeux paralympiques J – 4

Un géorgien exclu des Jeux paralympiques

Zviad Gogotchuri, médaillé d’or dans la catégorie des 90 kg aux Jeux paralympiques de Rio 2016, a été arrêté par la police japonaise. Le judoka de 34 ans devait concourir dans la division des 100 kg aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020. Il est accusé d’avoir molesté un agent de sécurité dans un hôtel de Tokyo.

L’incident a eu lieu après que l’agent de sécurité se soit inquiété du bruit que faisait plusieurs géorgiens en état d’ébriété dans le couloir du sixième étage de l’hôtel de Tokyo.

Gogotchuri était en quarantaine à l’hôtel avec d’autres sportifs géorgiens après qu’un membre de l’équipe a été testé positif au COVID-19.


Un fauteuil roulant « détruit »

Patrick Flanagan, un athlète irlandais qui se rendait aux Jeux paralympiques de Tokyo a eu une bien mauvaise surprise en descendant de l’avion à Londres, lors de sa correspondance. Il a découvert que son fauteuil roulant était « détruit » selon son expression.

Le fauteuil est en très mauvais état et les roues ont été tellement endommagées qu’elles ne tournent plus (photo).  Malgré les excuses du personnel d’aéroport, le jeune sportif ne décolère pas. Flanagan a reçu en échange un fauteuil de remplacement, trop grand qui ne lui permettait pas de se déplacer simplement dans sa chambre d’hôtel en attendant de repartir pour Tokyo.
« C’est inacceptable. Les compagnies aériennes et les bagagistes doivent faire plus attention aux fauteuils. Mon fauteuil est mon indépendance et il faut des mois pour l’adapter et le commander. Le mien est spécifiquement dimensionné pour soutenir mon dos, il est léger pour que je puisse le soulever dans la voiture et il est extrêmement solide. Il ne s’abîme pas facilement », a t-il dit. Fort heureusement, Patrick Flanagan disposait d’un fauteuil de rechange qui lui a été expédié en urgence. Il participera prochainement aux épreuves du 100m dos et du 400m nage libre pour l’équipe d’Irlande.


Tsimanouskaya veut représenter sportivement la Pologne

La sprinteuse biélorusse Krystsina Tsimanouskaya qui avait défrayé la chronique lors des Jeux de Tokyo alors que son comité olympique tentait de la rapatrier de force au pays, est désormais installée en Pologne avec son mari, qui lui aussi a fui la Biélorussie. Ils bénéficient d’un visa humanitaire.

Dans une interview accordée à la télévision russe RBK, elle a déclaré qu’elle tentait de changer sa citoyenneté sportive dans le but de concourir pour l’équipe nationale polonaise. « Les conditions pour changer de nationalité sportive sont la quarantaine, qui dure généralement trois ans, mais nous demanderons qu’elle soit réduite pour moi, car la situation est assez ambiguë » a t-elle dit.

Dans cette interview, Tsimanouskaya a déclaré qu’elle considérait toujours la Biélorussie comme sa « maison » et qu’elle était prête à revenir voir sa famille et ses amis.


Quand solidarité n’est pas un vain mot

Pendant les Jeux de Tokyo 2020, le sprinter jamaïcain Hansle Parchent s’était trompé de bus et avait échoué à la piscine olympique. N’ayant plus le temps de retourner au Village prendre le « bon » bus pour le stade, une volontaire lui avait prêté de quoi payer sa course en taxi jusqu’au stade.

Pachment est arrivé à temps pour disputer les demi-finales du 110 m haies et le lendemain, il a gagné la médaille d’or.

 

Le surlendemain, il est retourné à la piscine pour montrer sa médaille d’or à la jeune volontaire, la remercier et la rembourser. Au passage, il lui a offert un t-shirt de l’équipe jamaïcaine. Sa petite vidéo sur son compte Instagram à la recherche de la volontaire est devenue virale.

 

Mais le ministre jamaïcain du Tourisme a considéré que cet acte de solidarité valait beaucoup plus. Il vient d’inviter la volontaire à se rendre en Jamaïque pour y passer des vacances.  « Je vous salue, Mme Kawashima, parce que vous resterez à jamais gravée dans les couloirs sacrés de l’histoire sportive de la Jamaïque parce que vous avez contribué au résultat qui a conduit à une médaille d’or. » a déclaré le ministre lors d’une petite cérémonie organisée en visioconférence avec son ambassade à Tokyo (photo).


 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN