Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

Public étranger aux Jeux : définitivement non !

« Définir des priorités comme la sécurité signifie également que vous devez respecter ces priorités… nous devrons prendre des décisions difficiles« , avait déclaré le président du CIO, Thomas Bach au début de la réunion extraordinaire en distanciel. Une réunion entre Tokyo et Lausanne qui devait décider d’un seul point, la présence ou non des spectateurs étrangers.

Cette fois la réponse à la question est définitive. C’est non ! C’est une réponse importante pour tous ceux qui comptaient se rendre aux Jeux. Ils devaient pouvoir finaliser leur itinéraire s’ils étaient autorisés à y assister.

Le président du CIO, Thomas Bach présidait la réunion. Seiko Hashimoto, présidente du comité d’organisation japonais, le chef du Comité international paralympique (IPC) Andrew Parsons, le gouverneur de Tokyo Yuriko Koike et le ministre olympique du Japon Tamayo Marukawa y assistaient également.

 

Ce sont les hôtes japonais qui avaient à prendre la décision. Thomas Bach avait déjà fait savoir qu’il ne s’y opposerait pas.

 

On connaissait depuis plusieurs semaines l’issue de la réunion. Seiko Hashimoto avait laissé entendre depuis sa prise de fonction que cette issue était la plus sage. Par ailleurs, le gouvernement japonais avait déjà décidé qu’il n’était pas possible d’accueillir des spectateurs de l’étranger. L’inquiétude du public nippon concernant la propagation du virus était plus forte que tout.

Or, au delà de la formule des « Jeux sûrs et sécurisés », il était aussi question de réconcilier, le peuple japonais avec les Jeux olympiques.

Mesure particulière pour certains volontaires étrangers

De plus, il a bien évidemment été décidé que les volontaires olympiques venant de l’étranger ne seraient plus admis dans le pays pour les Jeux. Environ 10% des quelque 80 000 bénévoles étaient des ressortissants étrangers.

Toutefois, le gouvernement va envisager les moyens de permettre l’entrée de volontaires étrangers dont les rôles sont difficiles à remplacer. Il s’agit principalement des personnes capables de parler les langues minoritaires, qui ne peuvent pas être remplacé par des Japonais.

Les organisateurs ont fait leur compte

Le comité d’organisation des Jeux de Tokyo 2020 n’a pas révélé le nombre total de billets à vendre. Certains responsables ont déclaré qu’il était estimé à plus de 9 millions avant que les Jeux ne soient reprogrammés il y a un an. On estime qu’environ 1 million de billets ont déjà été vendus à l’étranger. Il faudra bien évidemment rembourser tous ces supporters.

 

Le manque à gagner  pour l’organisation serait d’environ 85 millions d’euros, soit 10 % du total des recettes de billetterie. En revanche, le pays a beaucoup plus à perdre s’agissant des secteurs d’hospitalité : les hôtels, les restaurants et les lieux touristiques. Sur ce point, les remboursements sont loin d’être acquis.

 

Les organisateurs vont prendre leur décision finale sur les spectateurs en deux phases. Ils décideront d’admettre ou non les supporters étrangers aujourd’hui, avant de déterminer la capacité maximale des stades en avril pour un public de japonais et de résidents japonais.

Lire aussi

Les voyagistes officiels en colère et inquiets

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.