French FR English EN Japanese JA Spanish ES

Pas encore « la lumière au bout du tunnel »

Un séisme de magnitude 7,3 a ébranlé samedi soir le nord-est du Japon à environ 300 km au nord de Tokyo, siège des prochains Jeux olympiques. C’est la région de Fukushima et celle, plus au nord de Miyagi qui sont les plus touchées. Ce tremblement de terre n’a fait principalement que des dégâts matériels, toutefois 120 personnes ont été blessées.

L’Agence de météorologie nationale situe l’épicentre au large de la préfecture de Fukushima, à 55 kilomètres de profondeur.

En attendant, aucune alerte au tsunami n’a été émise et il ne faut pas craindre une réplique comparable à celle qui avait touché cette région en 2011. Le premier ministre Yoshihide Suga a précisé qu’aucun problème n’avait été signalé dans les centrales nucléaires de la région.

De nombreuses secousses ont fait suite au séisme de samedi soir, au large du littoral. Les officiels invitent la population à la vigilance, face aux risques de futures répliques. Il est donc conseillé à la population de se tenir en alerte.

Fukushima attend le relais de la flamme

Le J-Village de Fukushima, où doit débuter le relais de la flamme olympique.

La région de Fukushima est celle dans laquelle débutera le relais de la flamme olympique dans un peu plus d’un mois. C’est le 25 mars 2021, au J-Village, le centre d’entraînement de football de Fukushima que débutera ce relais. 10.000 porteurs sont invités à y participer.

Cet équipement est situé à une cinquantaine de kilomètres de Fukushima, sur la côte Est de la Mer du Japon.

 

Ajoutons que les stades de football de Miyagi et de Kashima, situés le long de la côte, où doivent se dérouler des rencontres du tournoi de football n’auraient pas été endommagés, au même titre que toutes les installations temporaires.

Par ailleurs, Kyodo News rapporte que les organisateurs de Tokyo 2020 serait sur le point de réaliser des enquêtes approfondies sur les sites des Jeux dès demain pour évaluer si des dommages ont été causés.

Les japonais n’épargnent aucun effort pour réussir les Jeux

Voilà encore un événement qui va contrarier les autorités japonaises à maintenant cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo 2020 qui reste l’événement phare de l’année au Japon. Le tremblement de terre du week-end vient s’ajouter à la liste des nombreuses difficultés auquel le Japon doit faire face en ce début d’année après la recrudescence des cas de coronavirus qui a obligé le pays à déclarer l’état d’urgence dans 11 préfectures et la fermeture des frontières aux étrangers.

 

Ce problème étant en passe d’être résolu avec moins de 1500 cas déclaré chaque jour, voilà que le président du comité d’organisation des Jeux olympiques Yoshiro Mori a été contraint de démissionner vendredi après avoir tenus des propos sexistes sur le rôle des femmes au sein des conseils d’administration, la semaine dernière. Un comité d’éthique est désormais chargé de lui trouver un ou une remplaçant(e).

 

Une chose est sûre en tout cas, c’est que le pays travaille dur malgré les épreuves pour faire des Jeux de Tokyo 2020, une réussite malgré tout, dans un environnement que l’ensemble des acteurs veulent sûrs. Rappelons les propos du président du CIO, lors de ses vœux pour 2021 : « les Jeux de Tokyo seront la lumière au bout du tunnel ».

Lire aussi

Un relais de la flamme sans changement

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.