Français FR English EN 日本語 JA

Les nuages noirs planent toujours, un organisateur s’interroge…

On avait déjà évoqué l’opposition aux Jeux de 60% de la population japonaise. A dix semaines de l’événement, le chiffre est désormais encore plus inquiétant. Ce sont 80% des japonais qui y seraient opposés. Dans ce contexte, les politiques japonais rivalisent de superlatifs pour accompagner l’opinion.

 

Le sondage publié aujourd’hui par le quotidien Asahi est édifiant et pour tout dire très préoccupant. Le sondage révèle que 43% des personnes interrogées souhaitent l’annulation des Jeux et 40% un nouveau report. Ces chiffres sont en hausse par rapport au précédent sondage de ce journal le mois dernier.
Pire même seuls 14% sont favorables à la tenue des Jeux comme prévu cet été, contre 28% auparavant. Un sondage réalisé par téléphone auprès de 1.527 personnes.

Ajoutons pour être complet que si les Jeux avaient lieu, 59% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles ne voulaient pas de public. Le dernier tiers étant favorables à une réduction du nombre de spectateurs.

 

La venue de 90.000 étrangers dans le pays pour les Jeux inquiète la population japonaise. En dépit de l’absence de public étranger et la réduction drastique des hôtes olympiques, la mise en place de contre-mesures exceptionnelles, les japonais continuent d’être sceptiques sur l’intérêt de maintenir les Jeux.

Bien que la situation sanitaire ne soit pas si alarmante (7000 contaminations quotidiennes) la décision du Premier ministre d’élargir l’état d’urgence à neuf préfectures met le Japon en émoi. Il faut dire que l’archipel a pris un retard considérable s’agissant de la vaccination des populations. 3% seulement des japonais ont été vacciné, notamment les personnels de santé, alors que la moyenne dans le monde est de 9%.

Yuriko Koike capte tous les regards

Dans ce contexte, des voix importantes au Japon commencent à encourager l’opinion. C’est le PDG du groupe Rakuten qui parle « mission suicide » si les Jeux sont maintenus en référence au retard en matière de vaccination. Passons sur les politiques d’opposition qui voient dans l’annulation des Jeux un moyen de mobiliser la population à leur profit. Mais il y a plus grave !

 

Yuriko Koike, première femme gouverneur de Tokyo

Voilà que la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike (photo) se poserait sérieusement la question de l’annulation des Jeux.

 

Or, Yuriko Koike finance avec la Métropole 45 % du coût des Jeux à part égal avec le comité d’organisation. C’est bien plus que les 10% du gouvernement.

 

Elle aussi y voit un intérêt électoraliste. En marge d’un vote le 4 juillet pour l’assemblée métropolitaine, Yuriko Koike voit plus loin. Elle dispose d’une aura nationale. Il se dit que l’ancienne animatrice vedette de la télévision nationale pourrait devenir la première femme, Premier ministre du Japon.

C’est de plus, une communicante hors pair. Cette polyglotte qui parle l’anglais et l’arabe détonne dans un pays très traditionaliste.  Elle n’a pas son pareil pour se mettre en scène afin de mieux faire passer ses messages et retourner l’opinion en sa faveur. N’a t-elle pas été réélue gouverneure de Tokyo l’an dernier avec 60 % des voix face à une vingtaine de candidats ?

 

Bref, si demain Yuriko Koike demandait l’annulation des Jeux, sa voix pourrait devenir prépondérante.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA