French FR English EN Japanese JA Spanish ES

Les athlètes sont-ils prioritaires au vaccin ?

Tandis que les préparatifs des Jeux olympiques se poursuivent, la question de la vaccination des athlètes semble aujourd’hui au cœur des préoccupations. La question devrait être de nouveau discutée par les membres de la commission exécutive qui se réunissent en visioconférence aujourd’hui.

 

Pour l’heure, le Comité International Olympique (CIO) s’est officiellement montré prudent se contentant d’encourager la vaccination des athlètes mais sans vouloir l’imposer. Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré qu’il n’y aurait «ni obligation de vaccination ni priorité pour les athlètes» pour les Jeux olympiques de cet été.

 

Cependant le président du Comité national olympique et sportif Français (CNOSF) Denis Masseglia, (qui a hier tenu une conférence de presse) pense qu’il n’y aurait pas d’autre choix que de vacciner les athlètes car « la tenue des Jeux est en jeu ». «Nous ne sommes pas seuls», a-t-il déclaré. « Pour nos amis japonais, recevoir des athlètes et des personnes accréditées du monde entier nécessite quelques précautions. »

 

Une chose est sûre, les athlètes qui n’auront pas été vaccinés seront soumis à un régime sévère avec au minimum 15 jours de confinement et des tests PCR matin et soir.

L’OMS veille au grain

Alors que les programmes de vaccination se mettent en marche dans le monde entier, ils se concentrent toujours sur ceux qui sont les plus à risque, laissant une question délicate – pour l’instant – de savoir si les athlètes d’élite devraient être une priorité.

 

Le Japon tente de trouver un équilibre entre la sécurité et la vaccination obligatoire. « Nous envisageons des mesures globales pour organiser des jeux sûrs et sécurisés, même sans faire des vaccins une condition », a déclaré une responsable du gouvernement japonais, la semaine dernière.

 

Mike Ryan, directeur des urgences à l’OMS hier, aux côtés de Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’organisation.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui fournit des conseils sur la gestion des risques aux organisateurs du CIO et de Tokyo, a rejeté les suggestions selon lesquelles les athlètes devraient avoir un accès prioritaire aux vaccins.

« Nous devons faire face aux réalités de ce à quoi nous sommes confrontés maintenant. Il n’y a pas assez de vaccins à l’heure actuelle pour même servir ceux qui sont le plus à risque », a déclaré lundi à la presse Mike Ryan, le plus grand expert des urgences de l’OMS. «Nous sommes maintenant confrontés à une crise à l’échelle mondiale qui oblige les agents de santé de première ligne, les personnes âgées et les plus vulnérables de nos sociétés à accéder en premier aux vaccins ».

 

 

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.