Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

Les Jeux permettront « de croire en l’avenir »

Le PDG du comité d’organisation des Jeux de Tokyo, Toshiro Muto vient d’accorder une longue interview à Kyodo News. Une entrevue dans laquelle il estime que les Jeux d’été de cette année peuvent être un symbole de solidarité. Selon lui, les Jeux de Tokyo 2020 contribueront à réduire la distance émotionnelle entre les personnes. Notamment celles qui ont lutté contre la solitude et l’anxiété dans une « période sombre et noire » causée par le nouveau coronavirus.

 

Comme, la présidente du Comité d’organisation, Seiko Hashimoto, le PDG de l’organisation fait le maximum actuellement pour tenter de renverser l’opinion. Un sondage réalisé en janvier montrait que 80% des japonais restaient hostiles à l’organisation des Jeux olympiques pendant la période de pandémie. Après la nomination d’Hashimoto, ils n’étaient plus que 60% à rester sceptiques. Il s’agit cette fois de convaincre ceux qui sont encore réticents à devenir des supporters des Jeux.

Rassurer et convaincre

La décision la plus radicale pour rassurer les japonais est sur le point de devenir officielle. Il n’y aura pas de spectateurs étrangers dans les gradins des arènes olympiques, ni dans les rues de la métropole. Seuls les athlètes, leurs accompagnateurs et toutes les personnes impliquées dans l’organisation olympique et paralympique seront autorisées à rentrer au Japon. Cela devrait représenter 25.000 personnes environ. Ceux là seront sous controle puisqu’il leur sera interdit de quitter le village olympique en dehors des entrainements et des compétitions.

 

Selon, Muto, le virus a forcé les gens à s’isoler ou à modifier leur mode de vie pour minimiser le risque d’infections. Sans considérer qu’on en voyait la fin, il a suggéré que des Jeux de Tokyo réussis peuvent être une source d’inspiration pendant cette période difficile.

Selon lui, ils peuvent contribuer à rassembler les gens mentalement, sinon physiquement. « Tout le monde sait que le sport a le pouvoir de changer le monde », a t-il déclaré. « Cela dépend des efforts déployés par les Japonais pour tirer le meilleur parti de cette chance. »

 

Le relais de la torche va débuter dans une dizaine de jours, le 25 mars dans la préfecture de Fukushima. Cet événement est de nature à tester la logistique et veiller à une rigoureuse application des contre-mesures envisagées pendant les Jeux. Mais le relais de la flamme est également un événement festif. Il est de nature à réconcilier les japonais et le reste du monde avec les Jeux olympiques.

« Si (les jeux) peuvent permettre aux gens de commencer à croire en l’avenir, alors je pense que le Japon restera dans l’histoire pour avoir permis que cela se produise. »

Délégations restreintes

Le président français Emmanuel Macron envisage de se rendre aux Jeux de Tokyo 2020. Ici lors de sa dernière visite en juin 2019 avec l’ancien premier ministre Shinzo Abe.

On le voit, les Jeux olympiques c’est aussi de la politique et c’est également de la diplomatie. A ce titre, le Japon a demandé aux pays qui envoient leurs chefs d’État ou de gouvernement aux Jeux olympiques et paralympiques de limiter le nombre de leurs accompagnateurs à 11 personnes. Au même titre, les ministres des sports devront limiter leur délégation à 5 personnes.

Toujours selon Kyodo News, l’ensemble de ces personnes seront invités à subir des tests, 72 heures avant leur départ et à leur arrivée au Japon. L’ensemble des pays en seront informés par leur ambassade.

 

Avant le report d’un an des Jeux, le Japon s’était préparé à accueillir une centaine de chefs d’état et de gouvernement. Compte tenu de la crise sanitaire toujours en cours, le Japon a dès à présent besoin de savoir ceux qui finalement feront le voyage. 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.