Français FR English EN Italiano IT

Des groupes des droits de l’homme exhorte le CIO à dépouiller la Chine des Jeux d’hiver de 2022

Tandis que la commission exécutive du CIO a salué en début de semaine les préparatifs de Pékin 2022, des groupes de défense des droits de l’homme exigent que la Chine soit dépouillée des Jeux olympiques d’hiver. Cette coalition dénonce en effet les mauvais traitements que le pays continuerait d’infliger à ses propres citoyens, notamment vis à vis de la répression à Hong Kong et à l’internement de masse présumé de musulmans ouïghours au Xinjiang.

Une lettre, datée du milieu de semaine et signée par plus de 160 groupes de défense des droits de l’homme, a été envoyée à Thomas Bach, le président du CIO. Dans ce document, les groupes des droits de l’homme disent que les Jeux d’hiver de Pékin 2022 « pourrait même contribuer à davantage de répression » en Chine. Il allègue qu’après l’attribution des Jeux Olympiques d’été de 2008 à Pékin, il y avait eu « une nette augmentation des agressions contre les communautés vivant sous son règne ». Le CIO doit reconnaître que l’esprit olympique et la réputation des Jeux Olympiques subiront d’autres dommages si l’aggravation de la crise des droits de l’homme, dans tous les domaines sous contrôle chinois, est simplement ignorée. »

Parmi ses signataires figurent le Uyghur Human Rights Project, le World Uyghur Congress, le Tibetan Youth Congress et d’autres groupes de défense des droits de Hong Kong et de la Mongolie basés sur plusieurs continents.

Des politiciens américains et anglais ont par ailleurs exhorté le CIO à prendre des mesures contre la Chine.

De son côté, la Chine a affirmé que les camps d’internement du Xinjiang sont des « centres d’enseignement professionnel », affirmant que ses politiques dans des régions comme le Xinjiang et le Tibet visent la sécurité nationale et la lutte contre l’extrémisme.

AUCUN COMMENTAIRE

Désolé, les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Français FR English EN Italiano IT