Français FR English EN Italiano IT

Les MASCOTTES aux Jeux olympiques

La première mascotte destinée à symboliser l’ère nouvelle du merchandising sportif fait son apparition aux Jeux d’hiver de Grenoble 1968.

 

Il s’agit d’un petit skieur stylisé baptisé « Shuss » (photo) qui désigne l’action de skier à tombeau ouvert. Le petit personnage est créé en urgence et sa conceptrice, Aline Lafargue, n’a qu’une seule nuit pour l’imaginer.

La mascotte sera déclinée en porte-clés ou épinglette. Son succès est tel qu’à l’avenir, toutes les villes organisatrices choisiront une mascotte pour symboliser les Jeux. (http://coljog.fr)

 

C’est ainsi que La première véritable mascotte officielle des Jeux était Waldi le teckel, présenté lors des Jeux de Munich 1972.

 

Ces objets sont fortement recherchés des collectionneurs du monde entier. Certains sont regroupés au sein de la Fédération Internationale de Mémorabilia Olympique (FIMO). Souvent la mascotte représente un animal indigène ou imaginaire qui reflète la culture du pays dans lequel les Jeux sont organisés.

Un élément essentiel de la culture olympique

Aujourd’hui la révélation d’une mascotte olympique est un événement médiatique destiné à lancer le compte à rebours qui sépare des Jeux. C’est dans ces conditions que furent révélées les mascottes des Jeux d’Athènes 2004, « Phébus et Athina », des poupées inspirées d’une statuette qui représentent Apollon – Phébus, dieu antique de la musique et Athéna, déesse protectrice de la ville d’Athènes et symbole de la sagesse. Même si en Grèce, leur médiatisation fut très controversée, leur succès commercial fut tout aussi immédiat.

 

Les mascottes des Jeux de Pékin 2022

La vente de produits sous licence olympique et en particulier ceux frappés de la mascotte, ont rapporté environ 300 millions de dollars lors des Jeux olympiques de Sydney 2000 et d’Athènes 2004. Les villes organisatrices conservent entre 10 et 15% des royalties, afin d’éponger une partie du coût de l’événement.

 

Retenons que si la première mascotte commerciale reste le célèbre « Shuss », les Américains désignèrent un petit chien qui venait de naître, nommé « Smoky », comme mascotte du village olympique des Jeux de Los Angeles 1932.

2 COMMENTAIRES
  • ROBERT 19 mai 2022

    Je tiens à corriger une erreur courante : la mascotte des JO de Grenoble 1968 se nomme SHUSS et non SCHUSS comme souvent orthographié.

    Cette mascotte est la propriété de l’association coljog (coljog.fr) qui a tous les droits

Repondre a Philippe Chollet Supprimer ma reponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights