Français FR English EN Italiano IT

La quête pour vivre plus vite, plus haut, plus fort

Alvin Harrison avait la particularité de courir avec son jumeaux Calvin dont il était également le concurrent. C’est ainsi que pendant que Calvin était la star au lycée, c’est Alvin qui a remporté la première place en 1996 aux sélections américaines. Cela lui a valu de disputer la finale olympique des Jeux d’Atlanta 1996. Il a pris la quatrième place derrière l’intouchable Michael Johnson. Mais Johnson s’est blessé en établissant le record du monde au 200 m.

Du coup, le relais américain s’est trouvé privé non seulement de Johnson, mais également de Butch Reynolds, le détenteur du record du monde. L’équipe américaine semblait vulnérable sur le relais 4 x 400 m.

… Et Alvin Harrison est arrivé

C’était sans compter sur la volonté d’Alvin Harrison qui a réussit à lui seul, à éteindre la domination des britanniques en finale pour permettre à son pays de remporter l’or. Alvin Harrison venait enfin de trouver la concrétisation de sa quête de performance à l’issue de plusieurs années de travail harassantes.

 

Pour aller au bout de leurs idées, Calvin et Alvin vivait un an auparavant, dans leur Ford Mustang.

Leur histoire commence dans une chambre d’hôpital d’Orlando en Floride avec une mère adolescente donnant naissance à des jumeaux prématurés. Alvin Harrison est arrivé en premier, suivi de son frère jumeau identique, Calvin, deux minutes plus tard. Dans un premier temps, les médecins ont déclaré Alvin mort-né. C’est à cet instant que le bébé a poussé un énorme cri et qu’il a recommencé à respirer.

C’est cette histoire remarquable de courage, de ténacité et d’esprit qui a commencé à prendre forme et qu’ils ont raconté dans un livre intitulé « Go to your destiny ».

La gloire en commun… pour un temps

Les frères Harrison (au centre) avec Antonio Pettigrew à gauche et Michael Johnson à droite.

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de Sydney 2000, Alvin Harrison et son frère Calvin ont marqué l’histoire en devenant les premiers jumeaux à concourir et à gagner ensemble la médaille d’or dans la même équipe de relais du 4 x 400 m.

 

Hélas pour eux, les américains ont été dépouillé de leur médaille d’or après que leur coéquipier Antonio Pettigrew ait admis avoir utilisé des produits interdits. Alvin Harrison n’est toutefois pas rentré bredouille puisqu’il a remporté la médaille d’argent du 400 m derrière Johnson.

 

Une reconversion réussie

Après avoir été à son tour tenté par le dopage, Harrison a dû manquer les Jeux d’Athènes 2004. C’est alors qu’il a pris la nationalité de son épouse en 2008.  Il a concouru pour la République dominicaine l’année suivante aux championnats du monde. Convaincu qu’il avait mieux à faire que courir après des chimères, Harrison a alors mis au point une méthode de travail issue de ses nombreuses heures d’entrainement. C’est ainsi qu’il est devenu le conseiller spécial de la Fédération dominicaine d’athlétisme.

Il a alors lancé un programme de développement qui a permis à Luguelin Santos, d’être champion du monde juniors à Barcelone et d’obtenir une médaille d’argent sur 400 m aux Jeux de Londres 2012 a seulement 18 ans.

 

Depuis, Harrison a pris sa retraite de l’athlétisme et parcourt le pays pour mettre en œuvre des programmes de développement athlétique de haute performance pour diverses organisations sportives comme la NFL (football américain) et la NBA (basket).

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights