Français FR English EN Italiano IT

Les hockeyeurs ne font pas de vieux os !

Avant l’avènement de ce qu’on appellera la «Big Red Team» dans les années 1980, une autre équipe soviétique a outrageusement dominé le hockey sur glace olympique. Elle a remporté  trois tournois consécutifs entre Innsbrück 1964 et Sapporo 1972.

 

Dans cette équipe triple championne olympique figuraient trois joueurs d’exception qui ont porté haut les couleurs de l’URSS : Il y avait Alexander Ragulin, Anatoli Firsov et Viktor Kuzkin.

Ragulin était considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de l’histoire du hockey. Il a par ailleurs remporté 10 titres mondiaux. Ce palmarès lui a valu de recevoir l’Ordre olympique en argent. Ragulin est mort à 63 ans.

 

Firsov pour sa part était un attaquant qui a marqué 134 buts en 166 matches internationaux. Après sa fin de carrière de joueur professionnel, il est devenu entraineur du CSKA Moscou, puis député à la Douma. Il s’est éteint à 59 ans.

 

Enfin, Viktor Kuzkin, un défenseur solide et courageux est mort à 68 ans d’une crise cardiaque alors qu’il faisait de la plongée dans la région de Sotchi.

Morts aux champs d’honneur ?

Dans cette équipe triple championne olympique figurait des joueurs qui ont participé à la conquête de seulement deux titres, voire à la médaille de bronze obtenue aux Jeux d’Oslo 1960.

C’est le cas de Viktor Konovalenko (mort à 58 ans) Veniamin Alexandrov (mort à 54 ans) Evgueni Michakov (mort à 66 ans) Igor Romichevski (mort à 73 ans) – Vladimir Vikoulov (mort à 67 ans) Evgueni Zimine (mort à 71 ans) et enfin Vyacheslav Starshinov (1940)… qui lui a réussi à dépasser les 80 ans.

 

Notons que dans cette équipe se situe la nouvelle génération qui va remporter deux titres olympiques consécutifs à Sapporo 1972 et Innsbruck 1976 et qui obtiendra la médaille d’argent à Moscou 1980. Il y a déjà le grand gardien de but Viktor Tretiak (toujours vivant), mais aussi Guennadi Tsygankov (mort à 59 ans) Valeri Vassiliev (mort à 62 ans) ou Valeri Kharlamov.

 

Dans les années 1970, la « machine rouge » a fait fantasmer. Elle a permis à l’URSS d’atteindre un degré d’expertise très élevé et a fait de l’Union soviétique un pays pionnier dans la gestion de la performance sportive.

 

Toutefois on découvre grâce à certaines archives que pendant cette période, la préparation sportive nécessitait « davantage d’efforts ». L’encadrement s’est fait plus ferme et les athlètes ont subit un « tour de vis » moral. Le dopage, la médicalisation à outrance, les violences des entraîneurs, le déni des individus, le mutisme des sportifs ont sans doute contribué à ces « brillants » résultats.
A quel prix et jusqu’où ? La plupart des joueurs ne sont plus là pour le dire.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights