Français FR English EN Italiano IT

Le CIO rencontre des représentants des droits de l’homme en Chine

Profitant de la réunion de la commission exécutive du CIO à Lausanne mercredi, des représentants de défense des droits de l’homme ont rencontré des responsables du CIO au sujet des violations présumées des droits de l’homme en Chine. Ces groupes demandent que le CIO retire l’organisation des Jeux d’hiver à Pékin 2022.
Au sein de cette délégation, il y avait des représentants de la démocratie tibétaine, ouïghour, hongkongaise et chinoise (Tibet libre, We The Hongkongers, International Tibet Network, World Uyghur Congress et Humanitarian China, ainsi que China Against the Death Penalty).

Ils ont rencontré des responsables du Comité international olympique (CIO) et notamment Juan Antonio Samaranch Jr, le président de la commission de coordination des Jeux de Pékin 2022.

Le groupe a déclaré qu’il avait donné au CIO des témoignages édifiants concernant les graves abus commis par le Parti communiste chinois au Tibet, au Turkistan oriental – également connu sous le nom de Xinjiang où vit la communauté ouïgour – et Hong Kong.

Le groupe a affirmé que le CIO « était clairement ému » lors de la réunion, mais a souligné que son objectif était d’être une « force pour le bien » en Chine. Les responsables du CIO se sont déclarés disposés à poursuivre le dialogue avec les représentants chinois ainsi qu’avec les organisations internationales de défense des droits de l’homme, sans pour autant envisager de retirer l’organisation des Jeux à Pékin.

« Accueillir les Jeux d’hiver 2022 à Pékin est une décision regrettable du CIO. C’est un énorme risque pour la réputation du Comité et cela porte atteinte aux valeurs fondamentales des Jeux olympiques » a déclaré à l’issue de la réunion, l’un des représentants de ce comité des droits de l’homme, Zumretay Arkin, membre du World Uyghur Congress.

AUCUN COMMENTAIRE

Désolé, les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Français FR English EN Italiano IT