Français FR English EN Italiano IT

L’AMA prévient : attention aux viandes chinoises !

Les athlètes participant aux prochains Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Pékin 2022 ont été invités à « faire preuve d’une extrême prudence » lorsqu’ils mangent de la viande chinoise. Elle renouvelle le risque de contamination au clenbutérol.

 

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a réitéré ses conseils aux athlètes qui vont se rendre aux Jeux de Pékin 2022 concernant la viande potentiellement contaminée dans le pays. Les chinois sont connus pour utiliser un stéroïde destiné à engraisser les porcs et les veaux avant d’être livrés aux abattoirs. De fait, la viande consommée peut contenir de faibles niveaux de clenbutérol et les athlètes pourraient être positifs en cas de contrôle.

 

On précise tout de suite qu’il y a peu de chance que cela arrive car elle ne concerne que les athlètes qui seraient amenés à manger à l’extérieur des sites olympiques. Autant dire que le risque est très faible, voire nul puisque pendant la durée des Jeux, les sportifs seront dans le système de « boucle fermée » dont il leur sera interdit de sortir.

On sait que tous prendront la majorité de leurs repas dans le Village des Athlètes et que la viande qui y sera servie sera sérieusement sélectionnée.

Le clenbutérol pose problème

Le risque de contamination du clenbutérol dans la viande produite en Chine a longtemps été mentionné par les agences antidopage, bien que jusqu’à présent, aucun cas n’ait été signalé. Il en est de même pour ceux qui résident ou se rendent au Mexique.

 

Ce produit a longtemps posé des problèmes aux personnels chargés des tests antidopage en raison de sa présence, souvent en faible quantité, dans des viandes susceptibles d’être consommées par des sportifs.

 

L’AMA a d’ailleurs dû modifier sa politique concernant le traitement des cas en 2019. Dans les cas où un faible niveau de clenbutérol est détecté, une enquête sur les circonstances de la découverte serait menée. Ce n’est qu’une fois cette enquête terminée qu’il serait décidé si l’athlète en question méritait d’être accusé d’une violation des règles antidopage.

 

On rappelle qu’en 2010, le cycliste espagnol Alberto Contador a été contaminé en mangeant de la viande qu’il avait achetée en Espagne. Le coureur avait alors été suspendu et privé du Tour de France 2010 et le Giro 2011.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT