Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

KLOBUKOWSKA Ewa (1946) Pologne / Athlétisme 🟡1 🟠1

Avec Irena Kirszenstein, elle formait l’élite du sprint européen du milieu des années 1960. Cette sprinteuse polonaise a disputé les Jeux olympiques de Tokyo 1964 seulement 2 ans après avoir débuté l’athlétisme. Avec sa camarade, elles étaient des bourreaux de travail. Sur le 100 m , elle est médaillée de bronze derrière sa coéquipière avec laquelle elle remporte le relais 4×100 m (photo).

Hélas pour elle, ces deux médailles lui seront retirées par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) en 1967. Elle subit alors un test d’identification de sexe comme c’est devenue de coutume à cette époque. Elle est alors identifiée à tort comme n’étant pas une femme.

Selon l’IAAF, Klobukowska avait un « chromosome de trop ».

Le test subi à l’époque n’est pas fiable. Il s’agit d’un simple prélèvement dans la bouche. Mais lors de ce meeting à Kiev, les soviétiques n’en avaient cure. Ils venaient d’éliminer la favorite. Les médecins l’ont déclaré souffrir d’une féminité insuffisante et l’affaire était faite. Curieusement lors de ce meeting, les soviétiques n’ont pas été testées.

Elle s’est retrouvée interdite de toutes compétitions et toutes ses performances ont été annulées injustement. Autant dire, qu’à 21 ans, sa vie de sportive était brisée.

 

Diplômée de l’École technique d’économie de Varsovie, elle est partie travailler sur des chantiers en Tchécoslovaquie. Elle ne s’est pas mariée et n’a pas fondé de famille, bien que des recherches aient montré qu’elle pouvait avoir des enfants.

Son humiliation a conduit à un changement dans les politiques de vérification du sexe par le Comité international olympique qui a désormais gardé les résultats des tests secrets.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.