Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

2000 entrées par jour et pas de public étranger

On le pressentait depuis de longues semaines, cette fois la messe est dite. Le Japon n’autorisera pas les spectateurs étrangers à assister aux prochains Jeux d’été de Tokyo 2020. Le gouvernement japonais aurait pris cette décision afin de rassurer les japonais qui craignent massivement l’ouverture des frontières à un public. L’autre raison, concerne la recrudescence des variants au Covid-19 qui semblent tous plus incontrôlables les uns que les autres.

 

Du coup, le pays cherche à fixer une limite quotidienne au nombre de personnes entrant dans le pays dans les prochains mois. Un plafond d’environ 2000 personnes a été proposé. La mesure prendrait effet peu après la fin de l’état d’urgence à Tokyo, c’est à dire après le 21 mars.

Cette limite quotidienne concerne principalement les étrangers venant se préparer aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Notamment tous ceux qui vont être concernés par les épreuves tests. Notons que les japonais rentrant au pays seraient concernés par ce quota de 2000 personnes quotidiennes.

 

Seiko Hashimoto, la présidente de Tokyo 2020 a soufflé cette information après sa rencontre avec le secrétaire d’état à la présidence, lundi. Selon elle, les touristes et les voyageurs d’affaires continueront de ne pas être autorisés d’entrer dans le pays. L’exception concernera les athlètes et les personnes impliquées dans l’organisation des jeux olympiques et paralympiques.

Les épreuves tests doivent commencer en avril.

Des tests plus fréquents

La nouvelle présidente du comité d’organisation de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto, a par ailleurs déclaré hier qu’un réexamen des directives initiales étaient en cours. Elle concerne les tests PCR effectués sur les athlètes olympiques. Au départ, il était question de tester les sportifs tous les quatre jours.

 

 

 

Aujourd’hui la donne est en train de changer. La fréquence des tests augmentera après avoir pris en compte les variants de virus nouvellement découverts. A cela s’ajoute la quantité de contacts physiques impliqués dans certains sports. « Du point de vue des athlètes, je pense qu’il vaut mieux que les règles de contrôle soient strictes au départ, plutôt que d’annoncer un changement de protocole à mi-parcours (des jeux) », a déclaré Hashimoto.

« Nous devons simuler pour tous les scénarios potentiels. Il est difficile de penser qu’il ne se passera rien », a-t-elle déclaré. « Il n’est pas totalement exclu de ne pas avoir de spectateurs. »

 

En tant que premier pays à accueillir les Jeux au milieu d’une crise sanitaire mondiale, la nouvelle présidente du comité d’organisation espère que le Japon montrera la voie à suivre pour de prochaines organisations si d’aventure les Jeux pouvaient se dérouler sans le moindre cluster.

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.