Français FR English EN Italiano IT

Les Jeux d’hiver naissent sur un malentendu 🖥

C’est parce que les suédois qui organisent les Jeux de Stockholm 1912 refusent d’organiser les épreuves de patinage artistique, lors des Jeux d’été,  comme quatre ans auparavant à Londres, que le CIO prend la mouche. Les suédois veulent réserver le patinage artistique à « leurs » Jeux de Nord.

 

Immédiatement, le CIO envisage la création de Jeux olympiques d’hiver. Les années de guerre vont différer ce projet. Mais Coubertin qui a la rancune tenace, ne lâche rien et il demande à son compatriote, Justinien Clary d’envisager cette perspective.

Le Président du comité olympique français (le COF qui deviendra plus tard le CNOSF d’aujourd’hui) s’y attelle et créée une compétition qu’il appellera « Semaine Internationale des Sports d’hiver ». Comme pour les Jeux olympiques d’aujourd’hui, une cérémonie d’ouverture s’est déroulée dans les rues de la station.

Un an plus tard, lors du Congrès olympique de Prague, le CIO décide d’en faire les premiers Jeux olympiques d’hiver .

 

C’est donc en France, au pied du Mont-blanc, qu’ils sont organisés. Chamonix s’impose au terme d’une compétition interne avec la station de Gérardmer dans les Vosges et Luchon-Superbagnères dans les Pyrénées.

 

La compétition de hockey sur glace n’est pas très disputée. L’équipe du Canada marque 47 buts en trois rencontres et enlève le tournoi devant les États-Unis.

Les français doivent construire de nombreuses infrastructures qui sont absentes.

C’est la ville de Chamonix qui paie le plus lourd tribut afin de se positionner en concurrente des grandes stations suisses de Davos ou Saint-Moritz (siège des Jeux olympiques d’hiver de 1928) qui lui sont économiquement concurrentes.

 

Il est nécessaire de construire une patinoire, un tremplin de saut à skis et une piste de bobsleigh. Seize nations seront engagées et 258 sportifs y participent.

Des Jeux déjà très réussis

Ces Jeux chamoniards font la part belle aux sportifs scandinaves et en particulier les Norvégiens et les Finlandais qui sont bien entraînés. Jusque-là, ces derniers participaient aux Jeux du Nord ou Jeux nordiques, préludes aux Jeux olympiques d’hiver.

 

Ils raflent toutes les médailles en ski nordique grâce au Norvégien Thorleif Haug qui s’impose dans deux épreuves de fond et au combiné nordique. Autre vedette, le patineur suédois Gillis Grafström. Il remporte son deuxième titre après celui gagné aux Jeux d’été d’Anvers, quatre ans plus tôt.

Clas Thunberg écrase pour sa part les épreuves de patinage de vitesse. Notons que le biathlon porte encore le nom de course à la patrouille militaire.

 

À la veille des Jeux, les organisateurs craignent le dégel, mais magie du moment, c’est un « froid intense et calme » selon Coubertin qui sert de cadre à ces premiers Jeux olympiques d’hiver.

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN Italiano IT
Verified by MonsterInsights