Chinese (Simplified) ZH-CN French FR English EN Japanese JA

État d’urgence prolongé de deux semaines

La métropole de Tokyo restera en état d’urgence deux semaines supplémentaires. Les mesures prises le 7 janvier dernier devaient être levées ce dimanche, mais Tokyo a signalé 301 nouveaux cas de coronavirus vendredi.

 

Alors certes, on est loin des 2447 cas relevés début janvier avant la mise en œuvre de l’état d’urgence. Toutefois, la gouverneure de la Métropole, Yuriko Koike estime que Tokyo n’a toujours pas atteint l’objectif de réduction des nouveaux cas quotidiens. Ils doivent être à 70% du nombre de cas de la semaine précédente.

Elle souhaite faire preuve de prudence quant à la levée des restrictions dans la capitale et le Premier ministre l’a entendu.

 

Le public est donc prié de rester chez lui après 20 heures à moins qu’il n’ait des raisons essentielles de sortir (photo). Mais les bars ferment à 19 h et les restaurants à 20h.

Le retour des athlètes étrangers

D’ici deux semaines, si les chiffres sont bons, les athlètes étrangers seront de nouveau autorisé à entrer dans le pays. Cela leur permettra d’entrer au Japon pour s’entraîner avant les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020. Ils pourront ainsi participer à des épreuves de qualification.

Ils ne seront pas tenus de suivre une quarantaine.

En revanche, leurs déplacements seront limités aux hôtels et aux sites olympiques. Ils ne pourront pas prendre les transports en commun. Bref, un raccourci de ce qu’ils vivront pendant les Jeux.

Spectateurs étrangers : la messe est dite

Quoiqu’il en soit, ce qu’on pressentait se confirme fortement. Les organisateurs des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo de cet été n’autoriseront probablement pas les spectateurs étrangers à assister aux Jeux. Les efforts mondiaux pour freiner la propagation du nouveau coronavirus prennent plus de temps que prévu. Si un public est présent dans les stades, il sera uniquement composé de résidents japonais.

 

La décision sera prise à la mi-mars, mais la messe est dite. Il suffit pour s’en convaincre de décrypter les propos du directeur général, Toshiro Muto. « Le Japon n’autorise pas les étrangers à entrer dans le pays pour le moment. Ils seront autorisés une fois que la situation s’améliorera. Mais ce n’est pas facile de les accueillir compte tenu de la situation (sanitaire)… Et d’ajouter qu’il n’excluait pas la possibilité d’organiser les Jeux à huis clos.

 

Hashimoto, quant à elle, a déclaré lors de la conférence de presse qu’il était essentiel de dissiper les inquiétudes en matière de risque pour la santé du public japonais. « Je comprends qu’il y a beaucoup de gens à Tokyo et au Japon qui s’inquiètent des Jeux de Tokyo cet été », a déclaré Hashimoto. «Nous voulons ramener ce sentiment, afin que nous puissions transformer leurs préoccupations en excitation et en attentes pour les Jeux d’été.

Et d’enfoncer le clou. « Cela nous oblige à faire du bon travail en matière de sûreté et de sécurité ». En d’autres termes, ne pas permettre au public étranger d’assister aux Jeux serait le meilleur moyen de rassurer tout le monde. Les athlètes seront consignés au village olympique et seront sous contrôle.

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.