FrenchEnglishJapaneseSpanish

Comité Olympique COREE DU SUD (KOR) : 🟡121 ⚪️112 🟤104

Jadis, médiocre nation olympique jusqu’aux Jeux de Séoul 1988 organisé sur son territoire, la Corée du Sud fait aujourd’hui partie des grandes nations sportives mondiales. La Corée du Sud a remporté ses premières médailles en tant que nation indépendante lors de sa première apparition en 1948 et sa première médaille d’or en 1976.

Les athlètes sud-coréens ont remporté près de 270 médailles aux Jeux d’été, le plus grand nombre de médailles d’or étant remportées au tir à l’arc.

Aux Jeux d’hiver, la Corée du Sud totalise plus de 70 médailles d’or dont une majorité en patinage de vitesse sur piste courte. Elle y est incontestablement la meilleure nation mondiale.

 

C’est aux Jeux de Rome 1960, que ce pays fait parler de lui pour la première fois. Sept ans après la fin de la guerre de Corée, il est demandé aux deux pays de la péninsule Asiatique, issue de la guerre, de présenter une équipe commune à Rome. Les Coréens du nord refusent. Ils ne réintégreront pas le mouvement olympique avant 1972.

Lors des Jeux de Séoul 1988, les Coréens du nord souhaitent organiser des compétitions sur leur territoire. Ils font peser la menace de boycott de leur allié soviétique s’ils n’obtiennent pas gain de cause. Malgré le déploiement de bonnes volontés, la Corée du Nord n’obtient pas la faveur espérée et ne participe pas aux Jeux. Toutefois, son puissant allié soviétique est lui présent. Pour sa part, la Corée du Sud décroche lors de ces Jeux, le quatrième rang au classement officieux des nations.

La politique des petits pas

Les Coréens confirment ces dispositions à Barcelone quatre ans plus tard en remportant 29 médailles dont 12 d’or. Depuis, la Corée du sud est définitivement admise parmi les dix meilleures nations sportives mondiales, qu’il s’agisse des Jeux d’été ou des Jeux d’hiver.

La cérémonie avec des participants formant une colombe de la paix avec 1 270 bougies LED.

 

C’est d’ailleurs la République de Corée, communément appelée Corée du Sud qui a organisé les Jeux d’hiver de PyeongChang 2018 sur une aire très proche de la frontière avec son adversaire Nord-Coréen. C’est ainsi qu’à la faveur des Jeux de PyeongChang, les deux Corées ont tenté de se rapprocher politiquement. Dans un contexte marqué par la progression des programmes nucléaires nord-coréens, le dirigeant du nord Kim Jong-Un a souhaité une amélioration des relations entre les deux Corées. Toutefois les spécialistes de la géopolitique mondiale considèrent que le rétablissement de cette relation serait à mettre tout autant au profit du président sud-Coréen, Moon Jae-in, favorable depuis le début des années 2000 à un rapprochement avec le Nord.

 

On précise que la « politique du rayon de soleil » au début du 21e siècle avait permis aux deux Corées de défiler sous une même bannière lors des Jeux de Sydney 2000 et Athènes 2004, même si le décompte des médailles s’était fait séparément. Cette politique des petits pas permet aux deux Corées d’avancer vers un dialogue en direct afin de reprendre leur destin en main sans que les États-Unis pour le sud et la Russie pour le Nord puissent influer sur cette histoire.

C’est dans ce sens qu’à l’occasion des Jeux olympiques de la jeunesse de Gangwon en 2024, il est de nouveau envisagé de faire disputer des épreuves olympiques des deux côtés de la frontière.

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous à notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.