FrenchEnglishJapaneseSpanish

BUHAN (de) Jehan (1912 – 1999) France : 🟡 3

Cet escrimeur français issu de la grande bourgeoisie bordelaise a montrĂ© la voie Ă  des gĂ©nĂ©rations d’escrimeurs français. Jehan de Buhan fait partie des modĂšles citĂ©s en exemple dans les salles d’armes françaises Ă  commencer par celle qui porte son nom dans la proche banlieue bordelaise.

Son nom est Ă©galement associĂ© Ă  un titre olympique au fleuret Ă  Londres 1948 et deux autres mĂ©dailles d’or par Ă©quipe en 1948 et 1952 alors qu’il a dĂ©jĂ  dĂ©passĂ© les 35 ans. C’est dans cette Ă©quipe de France, on trouve Ă©galement Édouard Artigas (1906 – 2001), Marcel Desprets (1906 – 1973), Henri GuĂ©rin (1905 – 1967), Maurice Huet (1918 – 1991), Henri Lepage (1908 – 1996), Michel PĂ©cheux (1911 – 1985) qui avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mĂ©daillĂ© de bronze Ă  l’épĂ©e en 1936, AndrĂ© Bonin (1909 – 1998) et un jeune espoir nommĂ© Christian d’Oriola.

 

Buhan ayant Ă©tĂ© Ă©galement mĂ©daillĂ© d’or au fleuret avec Jacques Lataste, Adrien Rommel, Claude Netter (1924 – 2007) qui sera Ă©galement mĂ©daillĂ© d’argent en Melbourne 1956 et Jacques NoĂ«l (1920 – 2004). Ces Ă©quipes remporteront trois titres mondiaux en 1947 et 1951.

 

Si Jehan de Buhan a longtemps dĂ» attendre la consĂ©cration, elle aurait pu venir plus tĂŽt sans les annĂ©es de guerre. ArrĂȘtĂ©, il passera cinq ans en captivitĂ©. NĂ©gociant en vin, il ne manquait jamais de livrer lors des rassemblements de la sĂ©lection nationale de bonnes bouteilles afin de crĂ©er de la convivialitĂ© et un esprit d’équipe.

close

Voulez-vous recevoir chaque jeudi, nos articles de la semaine ?

Rien de plus simple, inscrivez-vous Ă  notre newsletter !

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.