Français FR English EN 日本語 JA

Bach ne portera pas la flamme de Tokyo 2020

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, ne portera pas la flamme olympique cette semaine. La flamme achève son voyage de 121 jours à travers le Japon. L’occasion pour le président du CIO de demander aux Japonais leur indulgence vis à vis des Jeux.

 

Un porte-parole du CIO a déclaré que la décision du président du CIO de ne pas porter la flamme olympique comme il l’avait fait à Rio 2016 et PyeongChang 2018 avait été prise conformément aux précautions COVID-19 et pour « donner l’exemple ».

La récente tradition qui veut que le président du CIO porte la flamme dans la ville organisatrice est assez nouvelle. C’est Juan Antonio Samaranch le premier président du CIO à l’avoir fait dans sa ville natale de Barcelone 1992. Depuis c’est une tradition. Son prédécesseur Jacques Rogge l’avait fait à Athènes 2004 et Pékin 2008.

 

À Pyeongchang 2018, Thomas Bach l’avait remis au président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miroslav Lajčák (photo).

 

La semaine dernière, les organisateurs des Jeux de Tokyo 2020 ont annoncé que l’ensemble du relais de la flamme olympique ne traverserait pas les routes publiques dans la préfecture de Tokyo.

C’était vrai lors de la première semaine en périphérie, ce sera vrai encore cette semaine dans le centre de la capitale.

Bach semble chagriné

Ajoutons, par ailleurs que Thomas Bach semble contrarié par le climat d’hostilité qui le concerne depuis son arrivée au Japon. Après les manifestations devant son hôtel, un groupe civique a contesté sa visite cette semaine à Hiroshima.

Pourtant, le patron du Comité international olympique se dit  confiant de gagner la confiance du public japonais sceptique. Il s’attend à ce que les Jeux olympiques de Tokyo soient « sûrs et réussis », malgré les inquiétudes.

 

Hier, lors d’une conférence de presse, le président du CIO a invité la population japonaise à réserver le meilleur accueil aux athlètes investis dans les Jeux olympiques de Tokyo, malgré la pandémie. Il a précisé que comme les Japonais, les athlètes avaient dû surmonter de nombreux obstacles et qu’il était bien de les soutenir.

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Français FR English EN 日本語 JA